Categories

Most Popular

CEDEAO/Eco : le Togo accueille les états généraux de la future monnaie ouest-africaine

Le Togo accueille depuis mercredi les représentants des États de l’Afrique de l’Ouest dans le but de discuter de l’éco, la nouvelle monnaie qui devrait prendre la place du FCFA dans un futur plus ou moins proche.

Annoncé le 21 décembre 2019 à Abidjan par le président français Emmanuel Macron et son homologue de Côte d’Ivoire, cette nouvelle monnaie a depuis soulevé moult d’inquiétudes auxquelles des réponses convainquant sont attendues. Il est prévu que dans un premier temps, la nouvelle monnaie remplace le franc CFA utilisé dans les huit pays francophones d’Afrique de l’Ouest et par la suite devienne la monnaie unique des 15 États de la CEDEAO.

Lire aussi  Affaire du togolais tué en Turquie : la famille porte plainte

ECO

Comment s’effectuera le passage du FCFA à l’ECO?

Universitaires, personnalités politiques et acteurs de la société civile ne cessent de retourner la question dans tous les sens afin de pouvoir aider les pouvoirs exécutifs dans leur prise de décision par rapport à cette nouvelle monnaie. C’est dans cette optique que la faculté des sciences économiques et de gestion (FASEG) de l’université de Lomé a organisée ce colloque afin de circonscrire les contours de la nouvelle monnaie et voir dans quelle mesure elle crée ou non une séparation avec le FCFA, dans quelle mesure elle embrasse les 15 États de la CEDEAO et comment effectuer la transition du FCFA à cette nouvelle monnaie.

Lire aussi  Togo : plus de 39.000 candidats en lice pour le CFA 2021

L’initiateur du colloque n’est autre que le grand économiste togolais anti-CFA Kaki Nubukpo. Depuis 20 ans, il ne cesse de se battre contre cette monnaie qu’il juge colonialiste, trop fortement rattaché à l’euro. D’après lui, le CFA fonctionne comme une taxe sur les exportations, une subvention sur les importations entraînant une balance commerciale, structurellement déficitaire pour les pays utilisateur de cette monnaie. 

Le colloque se fera donc en deux parties : une première réunissant les économistes avec un modèle économétrique et une deuxième sous-forme de panel où seront les invités acteurs de la société civile, politiques et les citoyens.

Forgot Password