Categories

Most Popular

Choguel Maïga : Quand l’expérience et l’opportunité conduisent à la primature

Son décret de nomination a été signé ce lundi par le nouveau président de la transition Assimi Goïta qui venait lui-même de prêter serment. Choguel Maïga, le désormais premier ministre de la Transition au Mali vient ainsi substituer Moctar Ouane qui occupait ce poste il y a un peuplus de 10 jours. Mais avant d’arriver à la primature, ce vétéran de la politique aura allié expérience et opportunité.

Cela fait déjà 25 ans que cet ingénieur titulaire d’un doctorat en télécommunications est dans l’arène politique malienne. Brillant dans ses études, Choguel Maïga fera les premières années de sa scolarité dans le septentrion malien d’où il est originaire, avant de poursuivre ses études dans les années 1970 au lycée technique de Bamako, avec option « mathématiques et techniques industrielles » (MTI). Major de sa promotion à l’issue de ce dernier cycle du secondaire avec à la clé un baccalauréat technique, il s’envole pour l’ex-Union des républiques socialistes soviétiques (URSS) où il va effectuer ses études supérieures.

Une carrière politique jusque-là mi-figue mi-raisin

Choguel Maïga a connu la politique assez jeune notamment au sein de l’Union nationale des jeunes du Mali. Mais l’association ne fera pas long feu à cause du parti unique de l’époque. En 2002, il est candidat pour la première fois à la magistrature suprême après avoir boycotté 5 ans plus tôt la présidentielle et les législatives. Président du Mouvement patriotique pour le renouveau (MPR), parti politique se réclamant de Moussa Traoré, Choguel Maïga n’obtiendra que 2,73 % des voix au premier tour avant de soutenir au second tour Amadou Toumani Touré (ATT). Ce dernier pourra quelques mois plus tard succéder à Alpha Oumar Konaré à la tête du Mali.

Lire aussi  Mali : la CEDEAO suspend le pays de ses instances sans sanctions économiques

 

Choguel Maïga Premier ministre
Choguel Maïga, Nouveau premier ministre de la Transition (AFP)

 

Choguel Maïga sera par deux fois ministres. D’abord de 2002 à 2004 durant la présidence de ATT, il détient le portefeuille de l’Industrie et du Commerce. Il reviendra 11 ans plus tard (2015) pour cette fois diriger le ministère de l’Économie numérique et de la Communication.

Le M5-RSP, l’opportunité

Le mouvement du 5 juin aura été le pass de Choguel Maïga pour revenir au premier plan. Créé le 5 juin 2020, ce mouvement hétéroclite qui a contribué à la chute de l’ancien président Ibrahim Boubacar Keïta (IBK) va désigner l’homme politique comme son « président du Comité stratégique ». L’implication de Choguel Maïga va très vite être remarquée notamment dans les médias qu’il inonde quasiment quotidiennement de communiqués, s’imposant ainsi comme la voix de la contestation. Fin stratège, Choguel Maïga va malgré les remous au sein du mouvement placer ses pions et attendre. Il ne déposera pas ses dossiers pour être Premier ministre, le poste viendra tout doucement à lui.

Lire aussi  Affaire Pégasus : 17 journalistes dont des Togolais portent plainte contre NSO Group avec RSF auprès de l'ONU

Pour arriver à la Primature, Choguel Maïga a été amené à finalement manger un bout de son chapeau. Lui qui exigeait un président civil pour la Transition va finalement travailler avec le colonel Assimi Goïta. À 63 ans, ce vétéran de la politique, désormais Premier ministre s’engage dans un navire qui devra faire face à plusieurs challenges.

Forgot Password