Categories

Most Popular

Mali : le Premier ministre et le président de la transition enlevés par la junte militaire

L’instabilité politique au Mali est de plus en plus inquiétante. D’autant plus que dans la nuit du lundi 24 mai le Premier ministre de la transition Moctar Ouane a indiqué avoir été emmené lundi sous la contrainte par des soldats chez le président.

C’est le Premier ministre Moctar Ouane lui-même qui a annoncé la nouvelle dans un bref échange téléphonique avec l’AFP. Il y déclare : « Je confirme : des hommes de Goïta sont venus me chercher pour me conduire chez le président qui habite non loin de ma résidence. ». D’après ses propos, l’actuel vice-président de la transition, le colonel Assimi Goïta serait le commanditaire de son “enlèvement”.

Ce coup de force qui s’apparente à un énième coup d’état était pressenti depuis quelques semaines dans la capitale Bamako et des missions internationales ont diffusé des messages de prudence. Le Premier ministre avait annoncé, quelques heures avant d’être emmené par les hommes armés, un nouveau gouvernement dans lequel des officiers proches de la junte militaire dirigée par le colonel Assimi Goïta et autrice du coup d’État du 18 août 2020, ont été écartée. Les actions menées par le Vice-président seraient donc des représailles à cette décision et une façon pour lui de faire réintégrer ces frères d’armes écartés.

Lire aussi  Togo/Politique : le parti NET de Gerry Taama recadre l'ANC de Jean-Pierre Fabre

La communauté internationale réagit à la crise au Mali

Dans un communiqué commun, la mission de l’ONU au Mali (Minusma), la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest(CEDEAO), l’Union africaine, la France, les États-Unis, le Royaume-Uni, l’Allemagne et l’Union européenne “ont exigé la libération immédiate et inconditionnelle du président et du Premier ministre de transition arrêtés dans la journée avec certains de leurs collaborateurs”. Le secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres a, séparément à la prise de parole commune, exprimé son inquiétude pour la situation au Mali. Il y déclare : « Profondément préoccupé par la détention des dirigeants civils de la transition malienne. J’appelle au calme et à leur libération inconditionnelle. Mon Représentant spécial travaille avec la CEDEAO, l’UA et les acteurs internationaux soutenant la transition politique en cours. »

Quelle suite pour le Mali avec l’instabilité politique incessante depuis des années et les attaques djihadistes qui font chaque semaine de nombreux morts ?

Forgot Password