Categories

Most Popular

Octobre rose : les hommes ne sont pas à l’abri du cancer du sein

Le cancer du sein est le cancer le plus diagnostiqué chez les femmes à travers le monde, autant avant qu’après la ménopause. Selon des études statistiques, une femme sur 9 sera atteinte d’un cancer du sein au cours de sa vie et 1 femme sur 27 en mourra. Le plus souvent, le cancer du sein survient après 50 ans. Mais au même titre que les femmes, les hommes aussi peuvent être malades du cancer du sein. Ces derniers ne sont pas à l’abri du cancer du sein.

Les hommes possèdent également des seins qui sont toutefois moins développés que ceux des femmes. Le cancer du sein chez l’homme est rare. Moins de 1 % de tous les cancers du sein affectent les hommes. Il est cependant important que les hommes sachent qu’ils peuvent être concernés par ce cancer, notamment afin de ne pas négliger les symptômes.

Octobre rose : les hommes ne sont pas à l’abri du cancer du sein

Le cancer du sein chez l’homme est sous-étudié. Les études cliniques les incluent rarement et les conclusions obtenues chez les femmes sont extrapolées aux hommes. Des études sont en cours pour mieux caractériser le cancer du sein de l’homme et comprendre sa biologie afin d’optimiser les traitements offerts. Le cancer du sein chez l’homme est similaire à celui de la femme, mais comporte quelques caractéristiques distinctes, vu les différences hormonales.

Les hommes, comme les femmes, ont des tissus mammaires, ils peuvent donc développer un cancer du sein. Toutefois, les cas sont rares, puisque cette maladie chez l’homme représente, moins de 1 % de tous les cas de cancer du sein. Il touche 1 homme sur 1000 (comparativement à 1 femme sur 8). Cela représente annuellement, au pays, environ 200 hommes malades et 55 autres qui en décèdent.

Lire aussi  Ghana : un togolais arrêté pour pédophilie

En outre, même si ce cancer peut se développer chez des adultes de tout âge, il frappe généralement des hommes âgés de 60 à 70 ans. Le cancer du sein masculin le plus fréquent est le carcinome canalaire, lequel se forme dans les canaux mammaires.

À cause de l’absence de programme de dépistage, les hommes sont souvent diagnostiqués à un âge et un stade de cancer plus avancé que les femmes, ce qui fait que le taux de survie global est moins élevé. Toutefois, à stade égal, le taux de survie est similaire à celui des femmes. Avec les années, tout comme pour le cancer du sein de la femme, le taux de survie s’est grandement amélioré.

Parmi les principaux symptômes possibles de cancer du sein chez l’homme, on retrouve :

  • Une masse non douloureuse (nodule) au sein
  • Un léger écoulement, une inversion ou des saignements du mamelon
  • Des ulcères cutanés
  • Des ganglions enflés

Les principaux facteurs de risque du cancer du sein chez l’homme sont les suivants :

  • Historique familial de cancer du sein.
  • Être porteur d’une mutation génétique comme BRCA1 ou BRCA2, CHEK2, PALB2.
  • Exposition à des radiations.
  • Avoir un faible taux d’androgène (hormone masculine) ou un taux élevé d’œstrogène (hormone féminine).
  • Avoir une maladie ou un état associé(e) à la gynécomastie (développement excessif des glandes mammaires chez l’homme), au syndrome de Klinefelter (fait d’avoir deux chromosomes X au lieu d’un seul), à l’obésité, aux anomalies testiculaires ou à une cirrhose (maladie chronique du foie).
  • Le risque augmente avec l’âge.
  • Les hommes noirs sont plus à risque.
  • Un foie endommagé par la cirrhose fait augmenter le taux d’oestrogène et baisser le taux d’androgènes, qui sont tous deux liés à un risque accru de cancer du sein.
Lire aussi  Université de Kara : 5 étudiants tricheurs épinglés

Au Togo, seuls 34% des personnes atteintes du cancer en 2020 y ont survécu. C’est ce que rapporte la Ligue togolaise contre le cancer, qui cite l’Observatoire mondial du cancer (Globocan).

Octobre rose : les hommes ne sont pas à l’abri du cancer du sein

Le Globocan de 2020 donne une estimation de 5.208 cas diagnostiqués du cancer au Togo. Avec comme décès pour la même période de 3.486. En termes de pourcentage, cela fait 66,59%. Environ 70% des personnes qui souffrent du cancer au Togo en décèdent”, a indiqué Stéphane Doméfa Awuity, président de la Ligue togolaise contre le cancer.

Ces chiffres illustrent toute la problématique du dépistage qui aurait pu sauver de nombreuses vies. Les prévisions pour les 5 années à venir tablent 2.000 cas annuels.

Forgot Password