Categories

Most Popular

Paludisme : enfin un premier vaccin efficace trouvé

Il s’agit du premier vaccin contre le paludisme qui a terminé le processus de développement clinique et a reçu un avis scientifique positif de l’Agence européenne des médicaments (EMA).

RTS,S/ASO1 (RTS.S), ou encore Mosquirix, qui a été approuvé par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) mercredi 6 octobre, est le premier, et à ce jour seulement, le vaccin qui a la capacité de lutter efficacement contre le paludisme.

Le vaccin agit contre le parasite de la malaria, maladie la plus mortelle et la plus répandue en Afrique. Parmi les enfants ayant reçu 4 doses dans le cadre d’essais cliniques à grande échelle, le vaccin a pu prévenir environ 4 cas de paludisme sur 10 sur une période de 4 ans.

En effet, Mosquirix est jusqu’à ce jour, le premier vaccin à être recommandé par trois ministères nationaux de la santé dans le cadre de leurs programmes de vaccination des enfants. Selon les rapports de l’OMS, plus de 800 000 enfants au Ghana, au Kenya et au Malawi ont été vaccinés et bénéficient de la protection supplémentaire fournie par le vaccin dans le cadre de d’un programme pilote.

Lire aussi  Covid-19 : le Togo réceptionne encore de nouvelles doses de Pfizer

D’autres preuves cliniques récentes montrent que l’administration stratégique du vaccin juste avant la haute saison de transmission de la maladie dans les zones où la malaria est très saisonnière peut optimiser l’impact et réduire considérablement la mortalité, en particulier lorsqu’elle est associée à d’autres interventions recommandées de lutte contre la malaria.

Le monde et le paludisme

Le paludisme est une maladie mortelle causée par des parasites qui se transmettent à l’homme par les piqûres de moustiques anophèles femelles infectés.

En 2019, il y avait environ 229 millions de cas de malaria dans le monde et le nombre estimé de décès dus au paludisme cette année-là s’élevait à 409 000.

Les enfants de moins de 5 ans ont été les plus touchés par le paludisme. Ils représentaient 67 % (274 000) de tous les décès dus au paludisme dans le monde.

Comment le vaccin peut-il aider ?

La recommandation de l’OMS est basée sur l’avis de ses deux organes consultatifs mondiaux, l’un pour la vaccination et l’autre pour le paludisme.

Lire aussi  Togo/Environnement : interdiction d'exportation du bois brut et semi-brut

L’OMS a recommandé que, dans le cadre d’une lutte antipaludique globale, le vaccin antipaludique RTS,S/AS01 (Mosquirix) soit utilisé pour la prévention de la malaria chez les enfants vivant dans des régions à transmission modérée et élevée telles qu’elles sont définies par elle.

Le vaccin antipaludique doit être administré selon un calendrier de 4 doses chez les enfants à partir de 5 mois pour réduire le paludisme.

Les prochaines étapes pour le vaccin antipaludique recommandé par l’OMS comprendront les décisions de financement de la communauté mondiale de la santé pour un déploiement plus large dans les pays endémiques, et la prise de décision des pays sur l’adoption ou non du vaccin dans le cadre des stratégies nationales de lutte contre le paludisme.

Ce vaccin est un ajout révolutionnaire à la boîte à outils contre le paludisme et peut aider à remettre le contrôle de la malaria sur les rails.

 

Forgot Password