Categories

Most Popular

Togo : la nouvelle loi sur le code électoral contestée par certains partis politiques

Après plusieurs mois de discussions entre les acteurs politiques, le Parlement togolais a voté en fin de semaine dernière la loi sur les manifestations publiques et le code électoral, entre autres. Cependant, cette loi suscite des controverses dans certains partis politiques, alors qu’elle représente une avancée, selon les députés.

Selon le ministre de l’Administration territoriale l’objectif de ces textes est  d’apporter une série de propositions pour les améliorer afin qu’ils répondent aux attentes des différents bords.

Pour Innocent Kagbara, député du groupe Nouvel Engagement togolais-Parti démocrate panafricain (NET-PDP) qui fait partie de l’opposition à l’Assemblée nationale, c’est une victoire d’étape.

« Concernant le code électoral, nous avons adopté la biométrie comme moyen d’enregistrement sur les listes, explique-t-il. Et un nouveau fichier sera fait. Ils vont être audités par l’ensemble des acteurs. Quant à ce qui concerne la loi sur les manifestations publiques, la plage horaire a été rallongée », a déclaré le député au micro de Peter Sassou Dogbé, correspondant de RFI à Lomé

Pour Nathaniel Olympio du Parti des Togolais,  « La loi qui vient d’être votée sur les manifestations est un véritable retour en arrière. On est passé d’un régime de déclaration à un régime d’autorisation. »

Eric Dupuy dont le parti, l’Alliance nationale pour le changement (ANC), a quitté la concertation avant la fin des travaux, doute de la fiabilité du recensement biométrique :

« Nous disons : à quoi cela sert d’avoir des recensements biométriques quand on ne peut pas contrôler les porteurs des cartes d’électeurs parce qu’il y a beaucoup de fraudes lors des élections ? »

Rappelons que toutes ces modifications s’inscrivent dans le cadre de l’organisation des élections régionales, dont la date reste inconnue.

Forgot Password