Categories

Most Popular

Vers une interdiction de 3e mandat présidentiel dans la CEDEAO ?

Le Président en exercice de la CEDEAO, Nana Akufo-Addo a fait récemment une déclaration qui devrait plaire aux militants de la limitation des mandats présidentiels. Selon l’actuel Président ghanéen, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), doit sérieusement envisager d’interdire les candidatures au troisième mandat présidentiel.

C’est lors d’une interview accordée à Ashh FM (radio ghanéenne), que Nana Akufo-Addo a donné son avis sur diverses questions liées au récent coup d’Etat militaire en Guinée-Conakry.

Sur la question du 3e mandat brigué par Alpha Condé après modification de la constitution, le Président en exercice de la CEDEAO l’a jugé malheureux et ajouté :

« À titre personnel, je soutiens l’idée de limiter les mandats des présidents, cela empêche les abus de pouvoir et les coups d’État.

Pour être honnête, je ne parle pas (actuellement) en tant que Président de la CEDEAO, je soutiens l’idée… Je pense que les protocoles de la CEDEAO sur la bonne gouvernance devraient interdire le troisième mandat dans n’importe quel pays. Je suis convaincu que c’est quelque chose que nous devons faire pour empêcher ce qui se passe en Guinée et ailleurs »

Nana Akufo-Addo précise donc qu’il ne s’agissait là que de son avis personnel et d’une proposition en son nom propre et non en celui de Président en exercice de la CEDEAO. L’idée de voir cette proposition être adoptée n’est donc pas encore à l’ordre du jour.

Lire aussi  Classement IEP des pays paisibles : le Togo 115ème mondial et 28ème en Afrique

Akufo-Addo a dû également répondre à une question sur les accusations selon lesquelles la CEDEAO n’avait pas fait grand-chose pour empêcher Alpha Condé de modifier la Constitution pour lui permettre de briguer un troisième mandat, mais s’était insurgé après le putsch de Mamady Doumbouya.

« Ce que je peux dire, c’est qu’il y aura toujours des raisons pour une intervention militaire, mais la CEDEAO a convenu qu’à aucun moment une intervention militaire n’est justifiée. Nous sommes opposés par principe aux interventions militaires »,

« L’utilisation des urnes a contribué à la stabilité de notre pays (Ghana). Les gens croient que si un leader n’agit pas bien, ils peuvent voter contre ce leader dans quatre ans. Nous n’avons pas besoin d’un coup d’État pour changer quelqu’un ” a-t-il déclaré..

Suivre l’interview de Nana Akufo-Addo

Forgot Password